Header
Accueil du site > Actualités / News > Séminaires - Thèses > Soutenance de thèse de Precillia Morino

Soutenance de thèse de Precillia Morino

Mercredi 29 novembre 2017 à 13h30, amphi du CRPG

L’enregistrement Eoarchéen des systèmes 146,147Sm-142,143Nd et 176Lu-176Hf : Implications pour les mécanismes de différenciation et l’évolution géodynamique de la Terre

Résumé

La naissance de la Lune, il y a environ 4.35-4.55 Ga, fut le résultat d’une collision majeure entre la proto-Terre et un embryon planétaire de la taille de Mars. L’énergie cinétique libérée lors de cet impact "géant" a sans doute été suffisante pour engendrer la fusion totale du manteau terrestre sur une profondeur de plusieurs milliers de kilomètres. La première croûte et réservoirs mantelliques différenciés furent ainsi produits par cristallisation de cet océan magmatique, avant d’être en grande partie réhomogénéisés par le recyclage crustal et le mélange convectif. Ce projet vise à apporter de nouvelles contraintes sur la chronologie et les mécanismes précoces (>4 Ga) de différenciation du manteau et de la croûte terrestres. A cet effet, une approche multi-isotopique combinant les systèmes 146,147Sm-142,143Nd et 176Lu-176Hf a été appliquée aux roches mafiques et ultramafiques de l’assemblage de Nulliak (3.78 Ga, Bloc de Saglek, Labrador) et de la ceinture supracrustale d’Ukaliq (3.75 Ga, Craton du Supérieur, Québec).

L’application du système couplé 146,147Sm-142,143Nd aux échantillons de cette étude a permis de déterminer précisément l’âge de différenciation de la Terre silicatée, à 4.40±0.03 Ga. Cet âge est similaire à celui des plus anciennes roches lunaires, et légèrement antérieur à l’âge de cristallisation de l’océan magmatique lunaire (4.36±0.03 Ga). Les signatures 142,143Nd observées dans les roches Eoarchéennes de Nulliak et les laves Néoarchéennes de Theo’s Flow (2.7 Ga, Abitibi) sont remarquablement similaires, et suggèrent une source mantellique commune, différenciée il y a 4.4 Ga et préservée du mélange convectif sur une échelle de temps de plusieurs milliards d’années. L’application de la systématique 176Lu-176Hf aux metakomatiites de Nulliak indique que leur manteau source était caractérisé par des rapports Lu/Hf et Sm/Nd superchondritiques, impliquant un épisode antérieur de différenciation dans le champ de stabilité du grenat (P=3-25 GPa). De manière plus générale, il apparaît que l’ensemble des komatiites Eo- et Mesoarchéennes définissent une corrélation eHf-eNd de pente distincte (˜4) à celle de la corrélation eHf-eNd du manteau moderne (˜1.5). Cette signature est caractéristique d’une différenciation mantellique en présence de grenat et ne peut être attribuée à la cristallisation de pérovskite aux pressions du manteau inférieur.

L’ensemble de ces observations est interprétée comme reflétant une différenciation du manteau supérieur lors de la phase finale de cristallisation de l’océan magmatique, suivi du recyclage de ces cumulats superficiels dans le manteau profond par un mécanisme d’overturn. L’enregistrement isotopique Archéen en 142Nd pourrait ainsi refléter un échantillonnage ponctuel de ces hétérogénéités primordiales dans des contextes de points chauds au cours des deux premiers milliards d’années de l’histoire de la Terre.

Jury

Bernard BOURDON (ENS Lyon), rapporteur
Vinciane DEBAILLE (ULB Bruxelles), rapportrice
Harry BECKER (Freie Universität, Berlin), examinateur
Bernard MARTY (CRPG CNRS-UL, Nancy), examinateur
Guillaume CARO (CRPG CNRS-UL, Nancy), co-directeur de thèse
Laurie REISBERG (CRPG CNRS-UL, Nancy), co-directrice de thèse




publié mercredi 15 novembre 2017