Header

Sondes Ioniques

Responsable scientifique : Etienne Deloule
Lab manager : Johan Villeneuve

Personnel technique : Nordine Bouden, Michel Champenois, Andrey Gurenko
Chercheurs impliqués : Evelyn Füri, Yves Marrocchi, Emilie Thomassot

Equipement :
-  Deux microsondes ioniques à large rayon Cameca IMS 1270 E7 et 1280 HR2.
-  Un microscope électronique à balayage Jeol JSM-6516
-  Une salle de préparation d’échantillons avec microscope optique, polisseuse, étuve…

Projets scientifiques : Les sondes ioniques sont des instruments qui permettent l’analyse in-situ des compositions isotopiques de la masse de l’hydrogène jusqu’à l’uranium dans des solides (roches, métaux, alliages, verres…). Ce sont donc des instruments adaptés à de nombreux types d’analyses isotopiques dans des thématiques variées. De ce fait, elles sont au cœur de nombreux projets scientifiques du CRPG tels que la formation et l’évolution des premiers solide du système solaire au travers de l’étude des météorites (ex : ANR SAPINS), la compréhension des fractionnements des éléments légers dans le système solaire (ex : ERC PHOTONIS), l’origine et le devenir des éléments volatils dans le système solaire (ex : ERC VOLATILIS), l’étude et le traçage des processus d’évolution du manteau et de la lithosphère terrestre, la datation des processus magmatiques, la reconstitution de paléoenvironnement continentaux et océaniques via l’étude des paléomarqueurs, etc…

Conditions d’accès :

La plateforme des sondes ioniques accueille des utilisateurs « internes » (chercheurs du CRPG et collaborateurs directs) et « externes » (Service National, industriels, privés). Elle concerne donc en premier chef les chercheurs du CRPG et leurs collaborations directes. Ce cadre donne souvent lieu au développement de méthodologies analytiques de pointe afin de répondre à des problématiques scientifiques bien précises (ex : mesure des trois isotopes de l’oxygène, des quatre isotopes du soufre, du système isotopique 26Al-26Mg, 40K-40Ca, de la datation U-Pb dans les apatites, etc…). Lorsqu’une technique analytique est robuste, elle peut être proposée dans le cadre du service national de l’INSU (SN-INSU) qui représente notre deuxième activité majeure. Le caractère "national" des instruments implique leur mise à la disposition de la communauté scientifique française une partie du temps (plus de 40% actuellement). Après dépôt d’un projet, et en cas d’acceptation, un(e) demandeur(euse) aura accès à l’un des instruments pour une session de mesure, à une période décidée par le groupe "sondes ioniques" lors d’une des réunions mensuelles où se règle le planning (complet souvent 6 mois à l’avance).




publié mardi 22 novembre 2011